How to make almond milk at home // Comment faire du lait d'amande maison

 


The milk alternative trend.


It seems to be the new cool kid on the shelf and on menus. Plant based drinks, or "milk alternatives", and especially almond milk, appear everywhere now, in North America, England, Australia or New Zealand, and now is also gaining popularity in many countries around Europe.
Whereas it's for health reasons, choice of diet or just by curiosity, more and more people ditch the traditionally first choice of cow's milk for a version made of nuts, seeds or grains, that ressembles the white drink in colour and texture. But while these trendy "milks" are fairly new to a lot of us, did you know that almond milk dates back to the Middle Ages?
People in the Middle East and a little later in countries of the South of Europe were grinding the nuts with water to create a creamy drink that was easy and cheap to make, and that didn't spoil as fast as dairy.


Almond milk and your health : what is your almond milk actually made of?


On an environmental and health point of view, switching from dairy milk to plant based milk alternatives can appear like a good choice. Unfortunately, that's not always true. These milky drinks are, most of the time, not the healthiest or most natural products. The almond milk you can buy in these colourful and funky designed cartons at the shop is very far from the original recipe for almond milk, dating to the Middle Ages, composed of only 2 simple ingredients : almonds and water.
If you look closely at the list of ingredients of  these so-called plant based milks (almond, soy, coconut, cashew and others), they seem to feature quite a long list of ingredients, that you would actually not necessarily expect to find there.
Here's just an example for the Silk Almond Drink (the leader in Canada and the US) :
ALMOND MILK (FILTERED WATER, ALMONDS), CANE SUGAR, CONTAINS LESS THAN 2% OF: VITAMIN & MINERAL BLEND (CALCIUM CARBONATE, VITAMIN E ACETATE, VITAMIN A PALMITATE, VITAMIN D2), SEA SALT, NATURAL FLAVOR, SUNFLOWER LECITHIN, LOCUST BEAN GUM, GELLAN GUM, ASCORBIC ACID


Basically, it is water and almond, blended together, sweetened (though unsweetened options are available too), some vitamins have been added, as well as flavouring (Natural Flavour : what does it actually mean? What is it made of?), and other additives that will give the product the right texture and flavour.
Some people might not have any issue with this, and that's fine by me, as what everyone put into heir body remains a personal choice and preference. But if you have tried homemade almond milk, you might have noticed that flavour and texture (hence the creaminess and thickness) of the drink is quite good, the almonds are doing a great job at making the mix creamy and flavourful! No need to add anything to it actually...
The issue with industrial almond milk, is that the actual almond content in there is quite minimal : in fact, it has been revealed that in the US, some almond milks contain only 2% of almond. I checked around some shops in England recently and noticed similar composition in ingredients lists : "water, almonds (2%).... " Some companies have actually been sued for this "false marketing" : shall we actually call almond milk "almond water"?



The nutritional fortification question. 


Also, these drinks often feature added vitamins. You'll catch me there... "aren't vitamins good for us? "
Yes indeed, we all do need vitamins of diverse kinds for our body and brain to function properly. But hopefully, if you have a diet that features a certain diversity of foods, mostly fruits, vegetables, seeds, grains, nuts, etc, you should be getting all the vitamins you need. So by adding all these vitamins in the drink, the manufacturer just assumes that the consumer -you- need these vitamins, but maybe you're actually already getting enough through the rest of your diet. 
This technique of adding vitamins and minerals is quite common in the food industry : it's called fortifying. It is very common in many countries around the world, and can be applied to many foods : flour, pasta, milk, ready meals, cereals...  Totally legal, adding nutrients to foods is done in order to supplement the population with nutrient they might be lacking of.
As an example :  "The Dietitians of Canada Organisation says it fully "supports food fortification when there is a clear need for the public’s health. Foods should only be fortified when : It can help prevent illness, Nutrients are hard to obtain from the food supply, Not enough nutrients are being eaten by Canadians"

But how is this decided? Does everybody need extra vitamin D in milk, vitamin A in almond milk or thiamin, niacin, riboflavin and folic acid in wheat flour? In many countries, like Canada, it is actually an enforced law to add nutrients to certain foods.
I'll say it again, this might not be a problem for some, and that's totally fine. I respect all views on the topic, but I just wanted to share with you my personal point of view.

I believe that the consumer should always have the informed choice of what he/she eats. The problem is that when you think you're just buying almond milk, but instead you end up with all these things added to it, or you think you're just buying plain pasta, but it has been enriched with some nutrients you were actually not looking for in the first place, then shopping for food gets complicated.
I have been aware of this particular issue when I moved to Canada, where shopping for food has sometimes been challenging and disappointing. Far from being totally obsessed with what's in my food (or am I?), I got used to check the back of all packaged food before putting it in my basket. And I can't even tell you how many products I had to just put back on the shelf, making the choice of not consuming it because the list of ingredients wasn't meeting my expectations.
I have many examples I could list. When I wanted sour cream (essentially cream and bacterial cultures) and found that most sour creams contain thickeners like guar gum, corn starch, or carrageenan. Or when I wanted to get butter, just pure and simple butter, but that block I grabbed had artificial colours in (just to make it more yellow, I guess). Or a simple box of dried pasta, usually made of 100% Durum wheat, is here enriched with thiamin, niacin, riboflavin and folic acid. Well all I wanted was cream, butter and pasta. Instead I get thickeners, vitamins and artificial colours that I didn't ask for.

Alright, I got it all out. Phew. 



So, let's get milking!

I admit, I have bought and used industrial almond milk many times, and have appreciated the convenience. But then trying to make it myself, discovering the real flavour and texture of homemade almond milk, and also learning about the actual content of shop bought almond milk, noticing the price difference... I knew I had to stick to homemade from then on. 
And honestly, it is one of the easiest thing you can make yourself. 


No special ingredients : just plain unsalted raw almonds and water. 

No special technique : in just a few easy steps, you have your own almond milk! Just soak - rinse - blend - strain -enjoy!

Equipment required : blender. I'm not big on having fancy or expensive equipment in the kitchen, I mostly just cook with basic stuff, but there is one thing I couldn't live without : a blender. I use it almost every single day. There are many blenders out there, from the expensive high quality Blendtec and Vitamix (if you're happy to sell one of your kidneys...) to affordable home blenders, I encourage you to get one. If your budget is limited, go for second hand! I've always seen many great blenders in charity shops or flea markets for very cheap. You can also ask around you, maybe you friend or family member who no longer uses hers or his.

A little word on almonds and the environment...

It is important not to mix things up when it comes to making the right choices in our diet : what we consider good for our health, might not be good for the environment. Plant based or vegan doesn't necessarily mean environmentally friendly.
Switching to plant based milk might be a good way to be healthier and minimise problems with animal welfare by reducing our consumption of dairy, that's for sure. But is this huge demand for plant based milk, and especially almonds good for the environment? That's another question... 
Food trends often become quite controversial, as a sudden demand in one particular foodstuff involves producing much more of it, fast and cheap. And the industry doesn't consider the environmental impact of such production on the land and ressources, or on the people that grow it. For example, according to Eric Holthaus on Slate, the American state of California, who's producing 99% of almonds consumed in the US and 80% of the ones consumed around the world, uses 10 % of its water supply in irrigation for the production on almonds. This is huge : considering that the Sunshine State is actually suffering from a historic drought. A similar water issue is currently happening in Australia too, where big companies buy water (which as we all know is scarce Down Under), leaving land to dry out even more, and forcing small farmers to sell their farms and land.

So before you consider switching to almond milk, consider where your almonds are coming from, how it's been produced, and wether you could try to source more sustainable almonds, or use another nut that is locally produced and organic. 
In Europe, you could try to get organic almonds grown in France or Italy. You could also try to make other plant milks using the same soak and blend process, with walnuts, hazelnuts, or even locally grown oats. 


La tendance des "laits végétaux".


Ils semblent être devenus les nouvelles stars des étales et des menus. Les boissons végétales, ou "laits végétaux", en particulier le lait d'amande, sont tout simplement partout, en Amérique du Nord, en Angleterre, Australie, Nouvelle-Zélande, et gagne également en popularité dans de nombreux pays du continent Européen comme la France.
Que ce soit pour des raisons de santé, de régime alimentaire ou juste par curiosité, de plus en plus de gens choisissent le lait végétal plutôt que le lait de vache consommé plus traditionnellement dans de nombreux pays. Des boissons à base de noix, graines ou céréales qui ressemblent beaucoup au lait de vache, tant par la couleur que la texture. Mais alors que ces "laits"sont apparus très récemment dans nos supermarchés et sur nos tables, saviez-vous que le lait d'amande était déjà consommé au Moyen-Âge?
En effet au Moyen Âge, c'est au Moyen Orient, et un peu plus tard dans les régions du Sud de l'Europe que l'on trouve les premiers laits d'amandes, réalisés en écrasant des amandes avec de l'eau pour créer un breuvage crémeux, facile et pas cher, et qui se conservait bien mieux que le lait animal.


Lait d'amande et santé : il y a quoi dans votre lait d'amande?


D'un point de vue environnemental et santé, consommer du lait végétal plutôt que du lait animal parait être un bon choix. Malheureusement, ce n'est pas vraiment toujours le cas. Ces boissons ne sont, la plupart du temps, pas vraiment les plus saines et naturelles qui soient. Le lait d'amande que vous pouvez acheter dans ces belles briques colorées au design moderne, est bien loin du lait d'amande originel, consommé au Moyen-Âge, alors composé de seulement deux ingrédients : des amandes et de l'eau.
Si vous regardez attentivement la liste des ingrédients d'un lait végétal du commerce (amande, soja, noix de coco, cajou ou autre), il semblerait que la liste soit un peu plus longue que ça, comportant des ingrédients dont on ne soupçonnerait pas vraiment la présence ici.
Pour vous donner un exemple, voici la composition du lait d'amande de la marque Silk Almond Drink (le leader aux États-Unis et au Canada) :

LAIT D'AMANDE (EAU FILTRÉE, AMANDES), SUCRE DE CANNE, CONTIENT MOINS DE 2% DE : MÉLANGE DE VITAMINES ET MINÉRAUX (CARBONATE DE CALCIUM, VITAMINE E ACETATE, VITAMINE A PALMITATE, VITAMINE D2), SEL DE MER, AROMES NATURELS, LECITHINE DE TOURNESOL, GOMME D'ACACIA, GOMME GELLANE , ACIDE ASCORBIQUE

En gros, c'est de l'eau et des amandes mixés, sucrés (on trouve bien sûr des versions non sucrées), auxquelles on ajoute des vitamines, ainsi que des arômes (la mention "arômes naturels" ne nous indique pas vraiment quels sont ces arômes en question!), et d'autres additifs permettant d' "arranger" la texture et le goût du produit.
Certains n'ont peut-être aucun problème avec tout ça, et je respecte totalement ce choix de consommation, chacun a entièrement le droit de mettre ce qu'il veut dans ou sur son ptit corps.
Mais si vous avez déjà goûté à du lait d'amande maison, vous remarquerez que c'est vraiment bon, autant au niveau du goût que de la texture, les amandes font du bon boulot à produire une boisson crémeuse et au goût délicat! Pas vraiment besoin d'y rajouter plein de trucs...
Le problème avec le lait d'amande industriel, selon moi, c'est que sa teneur en amandes est en réalité vraiment minime. En effet, des études révèlent que la plupart des laits d'amandes vendus aux États-Unis et au Canada ne contiennent que 2% d'amandes. J'en ai aussi fait récemment l'expérience au Royaume-Uni, où je me suis amusée à regarder les ingrédients des laits d'amandes vendus en supermarchés, qui indiquaient comme premiers ingrédients : "eau, amandes (2%).... "
Certaines compagnies ont d'ailleurs été poursuivies en justice pour publicité mensongère. En effet, ne devrait-on pas appeler ces boissons "eaux aromatisées à l'amande" plutôt que "laits d'amandes"?




La question de la fortification nutritionnelle.


Aussi, on remarque que ces boissons contiennent souvent des vitamines et minéraux ajoutés. Je vous vois venir... "mais les vitamines c'est bon pour la santé, non?"
En effet, on a tous besoin de vitamines de différents types pour assurer le bon fonctionnement de notre corps et de notre cerveau. Mais heureusement, si votre alimentation est équilibrée et présente une grande variété de fruits, légumes, graines, céréales, noix, etc, vous devriez avoir toutes les vitamines nécessaires pour un corps en pleine santé.
Et donc, en ajoutant des vitamines dans ces boissons, les industriels supposent en fait que vous, les consommateurs, en manquez, alors qu'en fait vous avez peut-être déjà tout ce qu'il vous faut grâce à votre alimentation variée quotidienne.
Cette technique qui consiste à ajouter des vitamines et minéraux dans les aliments transformés est plutôt commune dans l'industrie agro-alimentaire : on appelle cela la fortification. Dans de nombreux pays, les industriels ont recours à cette technique et ajoutent donc des nutriments dans de nombreux produits transformés ou considérés comme "de base" : farine, pâtes, lait, plats préparés, céréales,... Une pratique totalement légale, décrite comme un moyen de prévenir d'éventuelles carences ou déficits nutritionnels d'une population donnée.

À titre d'exemple (traduction d'une déclaration officielle en Anglais) : "L'Organisation des diététiciens Canadiens déclare soutenir la fortification nutritionnelle, lorsqu'elle apparait être un besoin évident de santé publique. Les aliments ne doivent être fortifiés que lorsque : Cela peut aider à prévenir des maladies, Les nutriments sont compliqués à obtenir par l'alimentation, Les Canadiens ne consomment pas assez de ces nutriments. "

Mais comment est-ce que tout cela est décidé? Est-ce que tout le monde a besoin de plus de vitamine D dans son lait, de vitamine A dans son lait d'amande ou de thiamine, niacine, riboflavine et acide folique dans sa farine de blé? Dans de nombreux pays, comme au Canada, la fortification alimentaire est même imposée par la loi.
Je le répète une nouvelle fois, ces pratiques peuvent paraître tout à fait normal à certaines personnes, et je respecte cette opinion. Je tiens juste à partager mon opinion personnelle sur le sujet, et expliquer mes propres choix de consommation.

Pour moi, les consommatrices et consommateurs doivent avant tout être informés de façon juste sur ce qu'ils consomment, afin de pouvoir faire un choix éclairé sur ce qu'ils mangent. Le problème, c'est que beaucoup pensent n'acheter que du lait d'amande, mais en fait, le/la consommat-eur-rice se retrouve avec toutes ces petites choses ajoutées. Ou encore quand on veut acheter un aliment en apparence simple, et qu'on remarque que des nutriments dont on ne voulait pas ont été ajoutés aux ingrédients pourtant basiques, il y a un petit problème quelque part, et faire ses courses devient un vrai casse-tête.
J'ai pris conscience de cela en vivant au Canada, où faire mes courses est devenu une tâche difficile et parfois décevante. Je suis loin d'être totalement obsédée par tout ce qu'il y a dans mon alimentation (ou peut-être le suis-je un peu??!), je me suis habituée à regarder au dos de tous les paquets avant de les mettre dans mon panier. Et vous n'imaginez pas combien de fois j'ai remis le-dit paquet sur l'étagère du rayon, faisant le choix de ne pas consommer le produit en question parce que la liste des ingrédients ne répondait pas à mes attentes.

Je pourrais vous citer de nombreux exemples. Un jour, je voulais acheter de la crème fraiche (normalement qui ne contient que de la crème, donc du lait, et des cultures bactériennes), et ai alors remarqué que la grande majorité des pots de crème fraiche (appelée crème sûre au Canada) contenaient des épaississants comme la gomme de guar ou la fécule de maïs, ou de la carrageenan. Ou encore en voulant acheter du beurre, une simple plaquette de beurre, mais qu'en analysant un des paquets je remarque qu'il contient des colorants artificiels (pour que le beurre soit plus jaune, je pense). Ou encore en voulant acheter des pâtes, qui sont d'habitude faite à 100% de farine de blé dur, et que la plupart des paquets ont été enrichis de thiamine, niacine, riboflavine et acide folique. Tout ce que je voulais moi, c'était de la crème, du beurre et des pâtes. Au lieu de ça, j'ai droit  des épaississants, colorants et vitamines que je n'avais pas demandés.

Pfiou, ça va mieux en l'disant...




Allez, on s'y met ?


Je l'admets, j'ai moi aussi déjà acheté du lait d'amande du commerce plusieurs fois, et en ai apprécié le côté pratique. Mais en me renseignant sur la composition de ces produits, j'ai décidé d'essayer de le faire moi-même, découvrant alors le vrai goût et la vraie texture du lait d'amande maison, et remarquant aussi une différence de prix... je savais que ça allait être fait maison ou rien à partir de là.

Et honnêtement, c'est l'une des choses les plus simples à faire soi-même.

Pas d'ingrédients spéciaux : juste des amandes nature, non torréfiées et de l'eau.

Pas de technique compliquée : en quelques étapes simplissimes, vous obtenez un lait d'amande maison! Vous n'avez qu'à laisser tremper, rincer, mixer, égoutter et déguster!

Équipement nécessaire : un mixeur. Je ne suis pas du genre à avoir plein de gadgets en cuisine, mais il y a bien un élément dont j'aurais du mal à me passer, : le robot mixeur ou blender. Je l'utilise presque quotidiennement. Il en existe de tous types et pour tous les budgets, de la grande qualité pro type Vitamix ou Blendtec (si vous êtes prêts à vendre un de vos reins..) aux blenders plus abordables, je vous encourage vraiment à en avoir un dans votre cuisine. Et si votre budget est limité, essayez d'en trouver un d'occasion! On en voit souvent dans les magasins d'occasion ou sur les marchés aux puces pour trois fois rien. Pensez à demander autour de vous aussi, un membre de votre famille ou un-e ami-e en a peut-être un dont il ou elle ne se sert plus.


Un petit mot sur les amandes et l'environnement.


Il est essentiel de ne pas tout mélanger quand on parle de faire de meilleurs choix dans notre alimentation: ce que l'on considère meilleur pour notre santé, n'est pas forcément bon pour l'environnement. Une alimentation végétale ou vegan n'est pas nécessairement synonyme de respect de l'environnement.
Choisir de consommer des laits végétaux est sans doute un bon moyen de prendre soin de sa santé et de minimiser les problèmes de souffrance animale, en réduisant notre consommation de produits laitiers. Mais est-ce que cette demande exponentielle de ces boissons végétales, et surtout d'amandes est vraiment bonne pour la planète? C'est une autre question....
Les tendances alimentaires sont souvent controversées, alors que la demande pour certains aliments croit, il faut donc produire plus, plus vite et moins cher. Et l'industrie agro-alimentaire ne considère guère l'impact de cette production sur les terres et leurs ressources, ou sur les gens qui produisent ces aliments à la mode. Par exemple, d'après Eric Holthaus sur Slate, l'état américain de la Californie, qui produit 99% des amandes consommées aux USA, et 80% des amandes consommées dans le monde, utilise 10% de son eau pour l'irrigation des plantations d'amandes. Ces chiffres sont énormes, considérant qui plus est que le Sunshine State californien connait actuellement une sécheresse historique. Un problème similaire autour de l'eau existe aussi en Australie, où de grandes entreprises achètent beaucoup d'eau (qui on le sait est déjà bien rare en Australie), laissant les terres encore plus assoiffées, et forçant les petits fermiers à vendre leurs fermes et leurs terres.

Donc, avant de changer vos habitudes et foncer tête baissée dans la consommation de lait d'amande, demandez-vous d'où viennent ces amandes, comment elles ont été produites, et essayez de trouver une source plus responsable, ou préférez un autre type de fruit à coque produit plus localement et bio.
En Europe, il est possible de trouver des amandes bio produites en France ou en Italie. Vous pouvez aussi faire un "lait végétal" avec d'autres oléagineux comme les noix ou les noisettes, ou encore des flocons d'avoine, en utilisant la même recette. 



Ingredients
120g raw almonds
800 mL to 1 L water (depending on how thick and creamy you like your almond milk)

Soak the raw almonds in cold water for a minimum of 8 hours (I usually leave mine to soak overnight, so around 12 hours). Simply put the raw almonds in large glass jar, cover to the top with cold water, and place in the cupboard until the next day.
Drain the soaked almonds , rinse under cold water and place them in a blender. Add 800 ml to 1 L of cold water, and blend on high for about 2 minutes, so the blender can break down as much almond "flesh" as possible.
Place a piece of fine cloth, cheesecloth or nutmilk bag over a strainer, placed on top of a large bowl, and carefully pour the content of blender. Gently squeeze the nutmilk bag or cloth with your hands to extract as much almond milk as possible.
You can now pour the almond milk into a glass bottle or jar, and transfer to the fridge. It will keep for up to 5 days in the fridge. It might separate while sitting in the fridge, so just make sure to give in a little shake before use.

What to do with the pulp? 
Now that we talked about all those environmental issues, we definitely do not want to waste anything from almond milk making! That pulp still has value, and can be used or added in many different recipes : crackers, muffins, cookies, cakes, bread... I have even made almond hummus with it before, and everybody looooved it and were stunned when I told them it was made with almond pulp. Find the recipe on the delicious My New Roots blog.



Ingrédients
120 g d'amandes crues
800 ml à 1 litre d'eau (selon vos préférences d'épaisseur du lait)

Faire tremper les amandes dans de l'eau froide pendant 8 heures au minimum (je trempe généralement toute une nuit, soit environ 12 heures). Il suffit de mettre les amandes dans un bocal, couvrir d'eau jusqu'en haut, et laisser le bocal dans le placard jusqu'au lendemain.
Égoutter les amandes trempées, rincer à l'eau froide et les mettre dans le mixeur.Ajouter 800ml à 1 litre d'eau, et mixer à vitesse maximum pendant 2 minutes, afin que le mixeur puisse extraire autant de "chair d'amande" que possible.
Déposer une couche d'étamine ou de tissu très fin sur une passoire fine, au-dessus d'un grand saladier, et verser délicatement le lait d'amande obtenu. Refermer le tissu sur la pulpe et presser afin d'extraire un maximum de "lait".
Verser le lait d'amande dans une bouteille ou un bocal en verre, et garder au réfrigérateur. Il se conservera très bien pendant 5 jours. Si le lait se sépare, il suffit de secouer un peu la bouteille avant utilisation.

Et on fait quoi avec le reste de pulpe d'amandes?
Maintenant qu'on a parlé de toutes ces questions environnementales, il est hors de question de gaspiller en faisant notre lait d'amande! La pulpe obtenue a encore de la valeur, et peut être utilisée ou ajoutée dans de nombreuses recettes : crackers, muffins, cookies, biscuits, gâteaux, pains... J'en ai même fait du houmous une fois, et tout le monde avait adoré, et était étonnés d'apprendre que ce dip crémeux étant fait à partir de pulpe d'amandes. Retrouvez la recette (en anglais) sur le délicieux blog My New Roots.

Kuri squash and chestnut soup with parsley oil // Soupe au potimarron et châtaignes et huile de persil




Never would I have thought that writing an introduction for a soup would be hard. Finding the right words to define something as simple as a bowl of soup without making it sound dull. Knowing what to say to make you think "wow, this soup sounds incredible, I have to make it!". That's exactly where the hard part of blogging lies actually, making readers drool through our pictures and words. Creating the recipe is an easy one, and a very enjoyable part of blogging : I love writing down ideas of flavour combinations, things I want to try out, draw a little sketch of a dish, imagine its textures and colours, before getting the "hands on" work done in the kitchen. Experimenting until finding -the- recipe that I believe is worth sharing with you. Then comes the hardest part, and sometimes the longest : taking drool-worthy pictures of that delicious dish I just made, pictures that I hope will inspire you and make you want to try it. And at the end, there is writing things down. A calm moment of remembering how I made the dish, trying to make the process as clear and straightforward as possible so anybody can attempt to make it and has all the chance on his/her side of getting a delicious meal on the table.
That's what I wish my blog to be in the end, a place for me to share the recipes that I found delicious, and inspire you to try them at home, or maybe inspire you to create recipes of your own. Humility is very important quality of a good food blogger or food writer or even a cook. He or she shares ideas and creations, with one purpose in mind : inspire others to make good food. No need to advertise a recipe as the best ever, or the only recipe you'll need. That would just be a big lie, and the writer wouldn't take into account the diversity of his or her readers.  Indeed, we are all different, especially when it comes to food. Some like things a bit saltier, or a bit spicier, some might add a touch of sweetness to a dish while another will prefer it more acidic. And that is something that I invite you to do with most recipes, wether you find them on my blog, on other blogs or in cookbooks : experiment, taste and adjust to find what works for you, what pleases your pallet and makes your tastebuds happy.


So here is a very simple recipe for a delicious bowl of soup, warming and nutty, naturally on the sweet side with the use of the beautiful bright orange red kuri squash (that we call potimarron in French, I always found it to be a very cute name), and nutty chestnuts. A touch of creme fraiche and a the parsley oil add a little zing and a touch of freshness to balance out the flavours.


I invite you to try this recipe, and why not twist it a bit : use another kind of squash, replace the chestnuts with almonds or hazelnuts, replace the nutmeg by another spice, swap the parsley for basil or chive for your herb oil, replace the creme fraiche by yogurt or coconut cream.... With soup possibilities are endless!
If you need more inspiration for soups (and it's the best season to get all sorts of soups on you weekly menu) I invite you to read my post about soups right here!


Jamais je n'aurais pensé qu'écrire une introduction pour une recette de soupe pouvait être un exercice aussi difficile. Trouver les bons mots pour définir quelque chose d'aussi simple qu'un bol de soupe, sans que ça soit ennuyeux. Savoir quoi dire pour évoquer à la lectrice ou au lecteur la surprise, l'intérêt, qu'elle ou il se dise "wow, cette soupe a l'air délicieuse, je l'essaierais bien!". C'est là que toute la difficulté de l'écriture culinaire sur un blog réside, faire saliver celles et ceux qui passent par là, à travers nos photos et nos mots. Créer une recette est finalement la partie la plus simple, et celle qui me plait énormément dans cette aventure de blog culinaire : j'adore écrire des idées de recettes, de mariages de saveurs, de choses à tester, ou faire un petit croquis d'un plat que j'ai en tête, en imaginer les textures et les couleurs, avant de passer à l'action en cuisine. Expérimenter jusqu'à trouver -la- recette qui je pense aurait tout intérêt à être partagée avec vous. Puis vient la partie un peu peu plus difficile, et souvent la plus longue : prendre des photos de ce délicieux plats que je viens de préparer, des photos qui j'espère vous inspireront à vous aussi cuisiner cette recette. Et enfin, il y a l'écriture. Un moment au calme, où j'essaie de me rappeler de chaque étape de la préparation du plat, en essayant de rendre les explications aussi claires et limpides que possible afin que peu importe la personne qui s'y essaiera, elle ou il aura toutes les chances de son côté de mettre un délicieux plat sur la table à la fin de la recette.
Et c'est un peu ça l'objectif de ce blog finalement, un endroit qui me permet de partager ces recettes que je trouve délicieuses, et vous inspirer de les réaliser chez vous, ou peut-être vous inspirer à créer vos propres recettes. L'humilité est une qualité importante pour une blogueuse/un blogueur, auteur-e culinaire, ou un-e cuisiner-ère. Il ou elle partage ses idées et créations, dans un but bien précis : inspirer d'autres personnes à bien cuisiner. Pas besoin de faire une promo alléchante type "la meilleure recette du monde" ou "la seule recette dont vous aurez besoin". Ça ne serait qu'un gros mensonge, et l'auteur-e ne considérerait pas la diversité de ses lectrices et lecteurs. En effet, nous sommes tous différents, surtout quand on parle de nourriture. Certains préfèrent les plats un peu plus salés, ou plus épicées, certains ajouteraient une petite touche sucrée dans un plat tandis que d'autres y préfèreraient plus d'acidité. C'est vraiment quelque chose que je vous invite à faire dnas la plupart des recettes, que vous les trouviez sur mon blog, d'autres sites ou dans des livres de cuisine : expérimentez et ajustez, jusqu'à trouver ce qui marche pour vous, qui ravie votre palet et fait danser vos papilles.


Voici donc une recette toute simple pour un bon bol de soupe qui réchauffe, au délicieux petit goût de noix, naturellement sucré grâce au potimarron à la belle couleur orange, et de délicieuses châtaignes. Une petite touche de crème fraiche et une huile de persil apportent un côté frais et permettent d'équilibrer les saveurs.


Je vous invite à essayer cette recette, et pourquoi pas la modifier un peu : utilisez un autre type de courge, remplacer les châtaignes par des noisettes ou des amandes, la muscade par d'autres épices, choisissez du basilic ou de la ciboulette pour votre huile d'herbes fraiches, remplacez la crème fraiche par du yaourt ou de la crème de coco... Avec la soupe, les possibilités sont infinies!
Si vous voulez un peu plus d'inspiration pour vos soupes, je vous invite à lire cet article que j'ai rédigé l'an passé, avec plein d'astuces et de recettes pour rendre votre bol de soupe un peu plus créatif.


Ingredients
For 4 to 5 servings
1 small red kuri squash (about 650 to 700 g chopped unpeeled squash)
120 g shelled cooked chestnuts
2 shallots
2 cloves garlic
2 tbsp olive oil
1/2 tsp freshly grated nutmeg
1/2 tsp pepper
1 tsp salt, + more to taste
1 L boiling water
a handful of flat leaf parsley
80 ml extra virgin olive oil
80 g crème fraiche, to serve

Cut the squash in half, remove the seeds (you can save them to make some delicious crispy snacks!). It's not necessary to peel the squash : the skin is edible if untreated (organic preferred!) and highly nutritious.
Chop the squash in small cubes. Set aside.
Peel and chop finely the shallots and garlic. Heat 2 tbsp of olive oil in a pan, add the shallots and garlic, and a pinch of salt, and fry for 3 to 4 minutes on medium heat, until it starts to soften and turn golden. Add the squash, pepper and nutmeg, and fry for about 10 minutes, stirring often so the squash caramelises evenly. Pour in the boiling water, add the rest of the salt, then cover and turn the heat to low. Simmer for 20 to 25 minutes, add the cooked shelled chestnuts, then blend the soup until smooth, adding a little bit of water if necessary to reach the desired consistency. Adjust the seasoning if needed.
For the parsley oil, pu the parsley and 80 ml of olive oil in a blender, and blend for 30 seconds. Strain through a fine mesh sieve, discarding the thick bits.
Serve the soup with a dollop of creme fraiche and a drizzle of parsley oil.


Ingrédients
Pour 4 à 5 personnes
1 petit potimarron (environ 650 à 700g coupé, non pelé)
120 g de châtaignes pelées et cuites
2 échalotes
2 gousses d'ail
2 c.à.s d'huile d'olive
1/2 c.à.c de muscade fraichement râpée
1/2 c.à.c de poivre
1 c.à.c de sel, + selon vos goûts
1 L d'eau bouillante
une poignée de persil plat
80 ml d'huile d'olive
80 g de crème fraiche

Couper le potimarron en deux et enlever les graines (il est possible de les garder pour réaliser de délicieuses graines croustillantes pour l'apéro!). Il n'est pas nécessaire d'éplucher le potimarron, la peau est parfaitement comestible si elle n'a pas été traitée (préférer donc du bio), et est pleine de nutriments.
Couper le potimarron en dés, réserver.
Éplucher et émincer les échalotes et l'ail. Faire chauffer 2 c.à.s d'huile d'olive dans une casserole, et y déposer les échalotes et l'ail, ainsi qu'une pincée de sel. Faire revenir pendant 3 à 4 minutes, jusqu'à ce que ça commence à dorer. Ajouter les cubes de potimarron, la muscade, le poivre et faire revenir pendant 10minutes, en remuant de temps en temps pour que le potimarron dore de façon uniforme.  Couvrir d'eau bouillante, ajouter le restant de sel, couvrir et baisser le feu. Laisser mijoter pendant 20 à 25 minutes, puis ajouter les châtaignes, avant de mixer la soupe jusqu'à obtenir une belle consistance lisse et onctueuse. Ajouter un peu d'eau si nécessaire.
Pour l'huile de persil, mettre le persil et l'huile d'olive dans un mixeur, et mixer pendant 30 secondes. Passer l'huile obtenue à travers un tamis, et jeter les restes de persil.
Servir la soupe avec une cuillère de crème fraiche et un filet d'huile de persil.

Sweet potato, lentil and spinach curry // Curry de patates douces, lentilles et épinards



Days (and particularly nights) are getting very chilly around here in England. I had to get my gloves and beanie hat out of the wardrobe earlier than I thought I would, and I enjoy snuggling up under a blanket as soon as the sun goes down, a cup of tea in my hands.
Of course, when Winter comes, I am craving all things cheesy and creamy, proper wintery traditional french dishes like gratin dauphinois, tartiflette, raclette, fondue (you get me, cheese is my n°1 passion in life),...
But there is another kind of food that really ticks all the boxes when it comes to Winter comfort food : curry. To me, curries are some of the most comforting dishes : I enjoy the warmth of the different spices, the creaminess of the sauce (made with coconut or yogurt, or just veg), and that satisfying "good mood food" feeling at each mouthful.
I guess what's getting to my heart (and tastebuds) when I eat curry, is the complexity of the flavours, the balance between sweet-savoury-acid-heat, perfectly reached with a combination of delicious ingredients. I feel that in Indian cuisine (and I will add Sri Lankan cuisine, which to me, is quite close, and it has been an important part of my "culinary education", a bit more about that later on), each and every single ingredient used in a recipe has a purpose, a mission. Each ingredient that comes into the making of a curry, or a salad, pickle, chutney, or even rice, has a mission and contributes to the whole flavour profile of the dish, and is a key to the burst of flavour and texture that you get when you eat it. If you have no clue what I'm talking about, you probably never had a good proper curry before I'm afraid (and that's ok, it's never too late to solve this issue!).
Indeed, I have to admit that I used to think that a curry was simply consisting of a few chicken pieces fried up in a pan, in a yellow sauce made of shop bought curry powder and cream. That's very far from what I would call "curry" now. Then, I started travelling, and started exploring other cuisines. I remember the first time I was exposed to the complexity of indian cuisine was a few days after arriving in Australia, while I was staying in a hostel, hanging around the kitchen (it's always a good place to meet people and start conversations when staying in a hostel), and another guy from the hostel started cooking. He was originally from India, and explained to me that he always travelled with a little box of assorted spices from home, so he could make some tasty food "just like home" wherever he was. That box wasn't big, but it did contain a great variety of spices. Quite far away from the salt and pepper we had in our "spice cupboard" with my friend Elissa (you know, first time backpackers, travelling on the cheap was our main goal). I was really impressed watching him throw things in the pan, and smelling the dish he has making.

A few months later, I lived in a beautiful place, nestled in the rainforest in northern New South Wales. There, I met my good friend Jeremy, originally from Sri Lanka, who delighted us with his flavourful (and sometimes very spicy) cooking. He introduced me to flavours I had never tasted before, to ingredients I had never used before, and I learned a lot by watching him cook traditional Sri Lankan cuisine. I remember as well his mum visiting us there and preparing a real feast of different curries and roti. Flavoursome memories.
I really started cooking with more spices from then on, slowly building up my spice cupboard in each place I lived at. I would start visiting the local indian grocery stores in the cities where we settled, to get some special ingredients and spices, and also to get inspired from wandering around the isles, looking at the exotic ingredients and smells.
My next love affair with Sri Lankan cuisine was just about 2 years ago, while leaving in Nova Scotia, Canada. Cape Breton Island, a very isolated and remote part of Canada is not the place you'd think you would experience the best of Sri Lankan cuisine, right? Well I was lucky enough to share a home with my beautiful friend Uthpala, who cooks truly amazing food. Very humble, she'll always say "oh that's nothing special", "it's very simple food, sorry". But boy, her food was incredible. As simple and normal as these dishes were for her, they were very special and interesting to me. She juggles the spices (which were obviously coming straight from the source, in Sri Lanka) like nobody else, cooking Sri Lankan traditional food that she learned from her family, balancing the flavours so naturally, for the pure happiness of all of us at the table. Again, I'd like to thank you Uthpi, for all these memorable shared meals.
So here's my spicy story, which brings us to today's recipe.


Curry powder is not something I buy anymore. I have watched and learned from these 3 great cooks mentioned above that a great curry is made with care and lots of good quality spices. Ready made curry powder does taste really bland, compared to a homemade blend of spices, freshly mixed and ground on the spot.
So every time I want to make curry, I get out a few basic spices out of my cupboard, and kind of going with the flow (unless I really want to make one special curry that requires a certain blend of spices), and adding a bit of this, a touch of that, until I think the mix is right. But knowing how much of each spice to add comes with practice, and I admit I haven't reached the pro-level yet. It takes a lot of smelling, tasting, analyzing, re-adjusting, to know how to make it better, and reach that perfect balance.
Making you own curry spice blend is not expensive. You can easily get a good variety of whole spices for $10 or £10, and go from there. You can slowly build up a good collection of spices, and play around with them to find that works best for you. I do recommend you buy whole spices and not ground as much as possible : they keep fresh for longer, and grinding them at the last minute (ideally after toasting them), will bring out much more flavour that you would get from ground spices.

Here's a little list of basic spices to get you started, and a few extras if you want to go a bit further down the spice road :

cumin
coriander
pepper
fennel
fenugreek
yellow mustard
black mustard
cinnamon
curry leaves
turmeric
cardamom
cloves
nutmeg
bay leaf
star anise
dried chili flakes or powder

tamarind
asoefetida
nigella seed
mace
saffron

Also at the base of many dishes : fresh onion, garlic and ginger, and for more or less spice, fresh chilies of different kinds and colours.

How to store spices?
Now that you have good spices on hand, you need to store them properly so they keep fresh for longer, preserving their aromas and properties as long as possible.
Most spices are sensitive to light, heat and air and can go stale or rancid fairly quickly if not stored the right way. So when storing spices, make sure you keep them away from light and heat, so ideally in a cupboard, not on your counter, and in a tight, sealed container, so no air or moisture can get into contact with your spices. I usually simply keep them in glass jars (upcycled, I just keep any glass jar that comes in my kitchen, or all shapes and sizes), in a cupboard. Don't forget to write on your jars what spices are in there, if you are not yet familiar with their look or smell.


Les jours (et particulièrement les nuits) se rafraichissent par ici en Angleterre. J'ai dû sortir mes gants et mon bonnet de mon armoire bien plus tôt que je ne le pensais, et j'apprécie grandement ces petits moments de confort, une fois le soleil couché, sous une couverture, une bonne tasse de thé dans les mains.
Bien sûr, quand l'hiver approche, j'ai envie de plats crémeux, dégoulinants de fromage, des bons ptits plats français comme le gratin dauphinois, la tartiflette, raclette, fondue (ouais vous l'aurez compris, le fromage est ma passion n°1 dans la vie),...
Mais il y a un autre type de plat qui pour moi, remplit toutes les conditions requises d'un repas  d'hiver : le curry. Pour moi, un bon curry figure parmi les plats les plus réconfortants : j'aime la chaleur des différentes épices utilisées, le côté crémeux de la sauce (parfois réalisée avec du lait de coco ou du yaourt, ou juste des légumes), et ce côté satisfaisant d'un plat qui te donne le sourire à chaque bouchée.
Je pense que ce qui me donne du baume au coeur (et fait dans mes papilles) quand je mange un curry, c'est la complexité des saveurs, l'équilibre entre sucré-salé-acide-épicé, parfaitement trouvé grâce à un délicieux mariage d'ingrédients. D'après moi, dans la cuisine indienne (et j'y ajoute la cuisine Sri-Lankaise, qui pour moi s'en rapproche beaucoup, et qui a été importante dans mon "éducation culinaire", je vous en dis davantage un peu plus bas), chaque ingrédient utilisé dans une recette a un rôle, une mission. Chaque ingrédient qui entre dans la composition d'un curry, d'une salade, d'un condiment, d'un chutney, ou même du riz, a une mission particulière et contribue au goût du plat final, et fais donc partie intégrante de l'explosion de saveurs et de la diversité des textures que l'on ressent au moment de déguster un plat. Si tout ce blabla vous laisse indifférent et vous vous demandez sur quelle planète je vis, il est fort possible que vous n'ayez jamais eu la chance de manger un vrai curry digne de ce nom (et c'est pas grave, il n'est jamais trop tard pour y remédier!)

En effet, j'avoue que moi-même, j'avais une image plutôt simple d'un curry, consistant en quelques bouts de blanc de poulet revenus à la poêle, baignant dans une sauce jaune à la crème et à la poudre de curry. Ce plat est à des années lumières de ce que j'appellerais un curry aujourd'hui. Puis, j'ai commencé à voyager, et donc à explorer d'autres types de cuisines. Je me souviens de la première fois où j'ai été exposée à la complexité de la cuisine indienne, quelques jours après mon arrivée en Australie, dans une auberge de jeunesse. La cuisine commune, c'est un peu le coeur d'une auberge de jeunesse, là où on se rencontre. Un autre voyageur, d'origine indienne, commençait à cuisiner son repas, et il m'expliquait qu'il voyageait toujours avec une petite boite remplie d'épices, ramenée de chez lui, ce qui lui permettait de cuisiner de bons petits plats, comme à la maison, peu importe où il se trouvait.. Cette boite n'était pas bien grande, mais elle renfermait une grande variété d'épices. Bien loin de notre boite à épices de base avec ma chère compère de voyage, Elissa (sel et poivre... quand tu commences à voyager en mode "budget", tu fais tout en version minimaliste). J'étais vraiment impressionnée en le voyant cuisiner, ajoutant de nombreux ingrédients dans la casserole, constituant un plat plein de saveur et complexe, mais qui pour lui était tout simple.

Quelques mois plus tard, j'ai eu la chance de vivre dans un endroit magnifique, perdu au milieu de la forêt sub-tropicale du nord du New South Wales. J'y 'ai rencontré mon ami Jeremy, d'origine Sri Lankaise, qui nous a nourries de ses délicieux plats vraiment savoureux (et parfois très épicés). Il m'a fait découvrir de nouvelles saveurs que je n'avais jamais goûté auparavant, des ingrédients que je n'avais jamais utilisés. J'ai beaucoup appris en le regardant cuisiner des plats très influencés par ses origines sri lankaises. Je me souviens aussi d'un délicieux repas préparé par sa maman qui nous rendait visite, consistant en différents curries et des rotis (pains plats servis en accompagnement d'un curry). Des souvenirs pleins de saveurs.
C'est vraiment à partir de là que j'ai commencé à cuisiner avec davantage d'épices, agrandissant petit à petit mon placard d'épices dans chaque endroit où j'ai habité et développant petit à petit mon répertoire de recettes. Une petite visite dans un magasin indien ou épicerie du monde est devenue une habitude, histoire de se fournir en ingrédients de base et trouver l'inspiration en se promenant entre les allées, garnies de ces ingrédients exotiques et invitant au voyage dans l'assiette.

Ma prochaine histoire d'amour avec la cuisine Sri Lankaise est arrivée il y a environ 2 ans, quand je vivais en Nouvelle Écosse, au Canada. L'ile du Cap Breton est un endroit très isolé du Canada, et sûrement pas le premier endroit qui vient à l'esprit quand on parle de cuisine sri lankaise. Et bien j'ai eu la grande chance de partager un petit bout de vie avec ma merveilleuse amie Uthpala, qui nous a nourris de ses délicieux plats. Très humble, elle nous disait toujours "oh ce n'est rien de spécial", "désolée c'est un plat vraiment très simple". Mais franchement, sa cuisine était tellement savoureuse et incomparable. Aussi simple et normale qu'elle puisse paraitre à ses yeux, sa cuisine était vraiment spéciale et intéressante pour moi. Elle jonglait avec les épices (qu'elle avait bien sûr ramenées du Sri Lanka dans ses bagages) comme personne, cuisinant des plats traditionnels qu'elle avait appris de sa famille, équilibrant les saveurs de façon très naturelle, pour le plus grand bonheur de nous tous à table. Encore une fois, un grand merci Uthpi, si tu lis ça, pour tous ces délicieux souvenirs.
Voilà donc ma petite histoire épicée, qui nous amène à la recette du jour.

La poudre de curry n'est plus quelque chose que j'achète. J'ai appris en observant ces trois cuisiniers qu'un bon curry est préparé avec attention et avec beaucoup d'épices de qualité. Une poudre de curry toute prête peut être très fade, comparée à un mélange d'épices fraichement mélangées et moulues au moment de préparer le plat.
À chaque fois que je veux préparer un curry, je sors mes épices de base du placard, improvisant plus ou moins (à moins que je ne veuille réaliser un curry particulier qui demande un certain mélange d'épices), ajoutant une touche de ci, une pincée de ça, jusqu'à obtenir une saveur qui me convient. Mais savoir maitriser les épices et les marier de la bonne façon s'apprend avec le temps et l'expérience, et j'admets ne pas avoir atteint l'expertise, loin de là. Goûter, sentir, analyser, réajuster sont nécessaires pour améliorer un mélange d'épices et obtenir le combo parfait dans une recette.

Contrairement aux idées reçues, faire son mélange d'épices pour curry maison n'est pas plus cher. Il est très simple de se procurer une bonne variété d'épices de base pour 10 à 15 Euros, et partir de ça. Vous pourrez petit à petit compléter votre collection, et expérimenter jusqu'à trouver ce qui fonctionne pour vous. Je vous recommande d'acheter des épices entières plutôt que moulues : elles se conserveront plus longtemps et seront plus savoureuses si elles sont moulues à la dernière minute (idéalement après avoir été torréfiées).

Voici une petite liste d'épices de base, et d'autres "extra" qui constituent une base solide pour réaliser de nombreux plats :

cumin
coriandre
poivre
fenouil
fenugrec
moutarde jaune
moutarde noire
cannelle
feuille de curry
curcuma
cardamome
clous de girofle
muscade
anis étoilé
laurier
piment en flocons ou poudre

tamarin
asoefetida
nigelle
macis
safran

Aussi utilisés frais pour la base de nombreux plats : oignon, ail, gingembre et plus ou moins de piments de différentes variétés et couleurs (pour des plats plus ou moins relevés).

Comment bien conserver les épices?
Maintenant que vous avez une belle sélection d'épices, il es important de les conserver de la bonne façon, afin de les garder "fraiches" le plus longtemps possible, en conservant leurs arômes et propriétés.
La plupart des épices sont sensibles à la lumière, à la chaleur et à l'air, et peuvent perdre leur saveur et devenir rances si elles ne sont pas conservées correctement. Pensez donc à garder vos épices dans un endroit non exposé aux variations de lumière et température, idéalement dans un placard, et dans des récipients fermés hermétiquement, afin que les épices ne soient pas exposées à l'air et à l'humidité. Dans ma cuisine, les épices sont tout simplement conservées dans des pots en verre (de la récup' tout simplement, je garde systématiquement tous les pots qui passent chez moi, de tailles et formes différentes), dans un placard.  N'oubliez pas de noter sur chaque pot ce qu'il contient, surtout si vous n'êtes pas encore familier-ère-s avec les formes et odeurs des épices.


Ingredients
(for 5 to 6 servings)

2 medium or 1 large sweet potatoes
1 onion
3 cloves garlic
1 cm piece of ginger
120 g dried Puy lentils (you can also use green or red lentils)
1/2 tsp cumin seeds
1/2 tsp coriander seeds
1/2 tsp fenugreek seeds
1/2 tsp fennel seeds
1/2 tsp pepper
1/4 tsp chili flakes (or more if you like it spicy)
1 tsp turmeric
3 curry leaves
1 tsp paprika
1 tsp salt
2 tbsp oil
1 can chopped tomatoes
1 can coconut milk
250 ml water
1 tbsp lime juice
2 handfuls of fresh baby spinach

Peel and chop the sweet potatoes in large chunks (about 2 cm). Peel and finely chop the onion, garlic and ginger. Set aside.
Put a large pot on a medium-high heat. Add the lentils in the pot, and dry toast them for 2 to 3 minutes, without any oil. This will develop the nutty flavour of the lentils. Stir frequently to get an even toasting. Set aside.
Keep the pot on medium-high heat, and place the cumin, coriander, fenugreek and fennel seeds. Toast for 1 minute, stirring often, then add pepper, chili flakes, and curry leaves. Toast for another 30 seconds. Add the turmeric and paprika, toast for just a few seconds (these two spices can burn easily as they are in powder form). Remove all the spices from the pan and transfer to a mortar and pestle. Crush until getting a fairly fine spice powder. Set aside.
Heat the oil in the pot, and add the onion, garlic and ginger, along with the salt, and fry on medium heat for 5 minutes, until lightly golden. Add the sweet potatoes and the spice mix, and fry for 5 minutes, stirring often. Add the toasted lentils, chopped tomatoes, coconut milk and water. Cover, bring to a boil, then turn the heat down and simmer for 30 to 40 minutes, or until the sweet potatoes and lentils are cooked and tender. Stir the curry frequently, so the bottom doesn't stick. Add the lime juice and adjust the seasoning if needed. Remove the curry from the heat, and stir in the spinach, which will wilt instantly.
Serve with some fresh naan or rice.


Ingrédients
(pour 5 à 6 personnes)

2 patates douces de taille moyenne, ou une grosse
1 oignon
3 gousses d'ail
1 moreceau de gingembre de 1 cm
120 g de lentilles du Puy sèches (vous pouvez aussi utiliser des lentilles vertes ou corail)
1/2 c.à.c de graines de cumin
1/2 c.à.c de graines de coriandre
1/2 c.à.c de graines de fenugrec
1/2 c.à.c de graines de fenouil
1/2 c.à.c de poivre
1/4 c.à.c de flocons de piment (ou plus si vous aimez les plats relevés)
1 c.à.c de curcuma
3 feuilles de curry (aussi appelé kaloupilé ou caripoulé)
1 c.à.c de paprika
1 c.à.c de sel
2 c.à.s d'huile
1 boite de tomates concassées
1 boite de lait de coco
250 ml d'eau
1 c.à.s de jus de citron vert
2 grosses poignées de pousses d'épinards

Éplucher les patates douces et les couper en gros morceaux (environ 2 cm). Éplucher et hacher l'oignon, l'ail et le gingembre. Réserver.
Placer une grande casserole sur feu moyen-fort. Y déposer les lentilles et les torréfier, sans huile, pendant 2 ou 3 minutes. Cette étape permet de développer la saveur des lentilles. Mélanger fréquemment pour obtenir une torréfaction uniforme. Réserver.
Garder la casserole sur le feu, et y mettre les graines de cumin, coriandre, fenugrec et fenouil. Torréfier pendant 1 minute, en mélangeant souvent, puis ajouter le poivre, le piment et les feuilles de curry. Torréfier pendant 30 secondes supplémentaires. Ajouter le curcuma et le paprika et torréfier pendant quelques secondes (pas trop longtemps, ou les épices pourraient brûler), puis retirer du feu. Transférer toutes les épices dans un mortier et écraser au pilon jusqu'à obtenir une poudre assez fine. Réserver.
Garder la casserole sur feu moyen et y faire chauffer l'huile. Ajouter l'oignon, l'ail et le gingembre émincés et le sel. Faire revenir pendant 5 minutes jusqu'à ce qu'ils commencent à dorer. Ajouter les cubes de patate douce et les épices, et faire revenir 5 minutes en remuant fréquemment. Ajouter les lentilles, les tomates concassées, le lait de coco et l'eau, porter à ébullition puis baisser le feu et laisser mijoter à couvert pendant 30 à 40 m, ou jusqu'à ce que les lentilles et les patates douces soient tendres et cuites à coeur. Penser à remuer de temps en temps, pour éviter que le fond de la casserole accroche. Ajouter le jus de citron vert, et ajuster l'assaisonnement si nécessaire. Retirer le curry du feu, et y incorporer les pousses d'épinards, qui vont flétrir instantanément.
Servir avec des pains naans ou du riz.